Déclaration Force Ouvrière à Mme HIDALGO Maire de Paris le 11/04/2014

Publié le 13 Avril 2014

Déclaration Force Ouvrière à Mme HIDALGO Maire de Paris le 11/04/2014

Madame la Maire de Paris

Notre syndicat se permet  de vous féliciter pour votre élection au poste de Premier Magistrat de la Collectivité parisienne. Nous profitons de cette première réunion avec vous pour vous exposer le mandat que nous ont donné les salariés de vos administrations :

FO rappelle son indéfectible attachement à la charte d’Amiens plus que jamais d’actualité et seul moyen de défendre efficacement les intérêts particuliers et morceaux des salariés actifs, chômeurs et retraités.

FO réaffirme son profond attachement à la liberté et à l’indépendance syndicale qui sont à la base de toute action revendicative dans la négociation comme dans l’action.

F.O réaffirme son opposition  à toute politique d’austérité qu’elle soit de droite, de gauche ou syndicale impulsée par les traités budgétaires décidés dans le cadre de la troïka (Union Européenne, Banque Centrale Européenne, Fond Monétaire International)

Ces politiques d’austérité fondées sur la compétitivité et la flexibilité conduisent à la diminution du coût du travail, à la  remise en cause de nos statuts et compromettent l’existence même du service public.

FORCE OUVRIERE confirme donc son opposition au « pacte de responsabilité/solidarité » en réduisant à nouveau les cotisations patronales au niveau du Smic, en allégeant les cotisations patronales d’allocations familiales, le gouvernement fragilise le financement de la Sécurité sociale et fait de l’allègement du coût du travail, logique économique libérale, la priorité de la politique économique. A nouveau, les contreparties relèvent de l’illusion, comme FORCE OUVRIERE ne cesse de le répéter.

Aussi nous nous opposons à l’application pleine et entière de ces politiques par la Ville de Paris. De même, nous dénonçons  la création de Paris – Métropole, véritable outil de destruction de nos statuts, de nos services et de nos emplois.

 

F.O 

- condamne la réorganisation en cours dans nos directions qui conduisent à de graves dysfonctionnements dans nos services, à une grande souffrance au travail, à de véritables drames humains. Ces restructurations portent atteinte à la mise en œuvre des principes républicains d’égalité de traitement des citoyens.

- exige l’abandon de la Loi et du décret d’application pour les rythmes scolaires dite « ARE » à la Ville de Paris et réaffirme son attachement indéfectible au principe de laïcité attaqué de toute part, notamment par l’intermédiaire de l’ARE.

- revendique le maintien du statut spécifique de l’administration parisienne avec toutes ses conséquences : maintien des corps et grades spécifiques et dénonce la fusion des corps qui mènent à la polyvalence, au mélange des fonctions, aux suppressions des postes.

- se prononce pour le maintien du statut spécifique du corps des agents de Maitrise et des PVP, et revendique le ratio promu-promouvable à 100% pour tous les corps afin d’obtenir pour chacun une carrière linéaire et un départ en retraite à l’indice terminal de son corps.

F.O dénonce le recours massif à l’emploi précaire à bas coût (vacataires, contractuels à temps partiel imposé, contrats avenirs, etc….), Il demande la titularisation de tous ces personnels.

Il faut une véritable médecine du travail avec les postes nécessaires ainsi qu’une véritable politique de reclassement prenant en compte essentiellement l’intérêt de l’agent.

F.O revendique l’APS pour tous à 500 euros minimum ; une véritable politique de logement social des agents sur Paris. Face à l’augmentation et à la multiplicité de  nos missions, F.O revendique les effectifs supplémentaires nécessaires et dénonce la surveillance des agents par l’utilisation des nouvelles technologies.

F.O demande l’augmentation des subventions de la Ville aux organismes sociaux ASPP  et AGOSPAP.

F.O demande l’application a minima du quota d’embauche légal de 6% en matière de personnel handicapé avec des moyens matériels et humains adaptés leur permettant d’exercer leur activité : ergonomie des postes de travail, accessibilité de tous les locaux ……

Comme le disait Marc Blondel, le dialogue social n’a de sens que si il débouche sur des négociations avec des résultats concrets pour les agents.

Je vous remercie de votre attention.

Rédigé par FO VILLE DE PARIS

Publié dans #COMMUNIQUE

Repost 0
Commenter cet article