L'ARE Pas si idyllique que ça… !!

Publié le 1 Juillet 2014

Certains de nos collègues syndicaux animation, comme l'UNSA, ont tenu à faire un état de la mise en place des ARE dans les écoles parisiennes. Il en ressort essentiellement, que malgré des débuts de dialogues difficiles et d'une mise en place très délicate, l’ARE semblerait satisfaisant et porté par des personnels que l'on peut féliciter. Les enfants seraient épanouis et les corps de métiers dont l'animation, auraient eu des bouleversements professionnels relativement positifs.

Tout au long de cette année de mise en place, nous avons organisé des réunions, des formations, des débats, des rencontres de terrains auprès d'un grand nombre de corps de métiers dont on avait promis que la réforme valoriserait leurs savoirs et leurs compétences pour répondre au mieux aux intérêts des enfants. Et nous ne nous permettront pas de dire que tout ne va pas si mal lorsque beaucoup de PVP, ATE, ASEM, animateurs ARE DASCO, REV, DPA, sont en souffrance, épuisés et dans une incertitude quant à l'année prochaine.

S'il y a un réel bilan à faire, c'est qu'il a été demandé aux personnels de la ville de Paris de mener de front une réforme sur laquelle les points essentiels de désaccord entre tous les acteurs, se sont malheureusement exprimés directement sur le terrain.

Il a été dit que ces temps de l'ARE seraient des temps péri éducatifs à part entière encadré par du personnel qui serait sollicité sur ses compétences et en acquerrait d'autres si nécessaire. Nous savons qu'un nombre conséquent d'ASEM ont eu une seule journée de formation pour proposer et encadrer un groupe de 14 enfants, à l'issue duquel une fiche d'ateliers de fabrications en pâte à sel leurs en été remis. Nous savons qu'au printemps 2013, les animateurs ont été contraint de choisir rapidement plusieurs formations à suivre dans une liste non exhaustive d'une à quatre journée sans savoir s'ils pourraient véritablement s'en servir pour mener des ateliers. Où sont les compétences développées ?

 

Il a été dit que ces temps de l'ARE seraient des temps où les personnels de la ville auraient en charge des ateliers où les enfants s'inscrivent selon leur goût et leur choix. Les associations qui ont fait massivement leur entrée dans l'école, proposent des ateliers avec des critères d’encadrement différent, bénéficient de local et de cycle au niveau des groupes qui limitent et délimitent réellement le recrutement et l'action des personnels qui nous semblent devoir avoir la priorité.

Il a été dit que ces temps de l'ARE seraient des temps où le rythme des enfants ferait l’objet d’une attention particulière. La plupart des intervenants récupèrent à 15h, des enfants souvent fatigués ou excités qui ne bénéficient pas ou peu de temps de récréation nécessaire pour optimiser un minimum d’investissement et de concentration. Le changement fréquent d’intervenants par le jeu de remplacement ou par trimestre n’aide pas forcément car si les agents de la ville de Paris restent sur leur école, les associations peuvent être ou pas reconduites ou ne pas assurer leur prestation.

Voici le témoignage de collègues

Le prochain CTP arrive à grand pas et va confirmer l’organisation des rythmes scolaires.

Force Ouvrière rappelle, si besoin est, qu’elle est l’une des rares organisations syndicales à s’être prononcée fermement contre l’Aménagement des Rythmes Educatif.

Nous en demandons toujours le retrait, parce que nous refusons la territorialisation de l’Ecole publique (voir le dernier projet du gouvernement) à Région Riche, école Riche ? et à Région Pauvre….

 

  • Savez-vous ? Que la ville cherche 15 millions d’euros pour l’ARE et dans 6 mois combien manquera-t-il ?
  • Savez-vous ? Que dans les gymnases la Mairie autorise les associations à rester dans les locaux au-delà des horaires légaux et qu’elle leur en confie les clefs ?
  • Savez-vous ? Que la note d’Anne Hidalgo à Alexandra Cordebard dit :….Je souscris à votre proposition de viser une plus grande modularité des espaces……Ce principe devra intégrer la possibilité d’ouvrir les locaux, les cours de récréation, hors temps scolaire, pour les enfants, les habitants, les jeunes.

 

Que se passera-t-il demain dans les écoles et avec qui ?

Que se passera-t-il pour nos services dans le cadre de Paris Métropole dont l’objectif premier de cette structure est  de participer à la réduction des déficits publics 

Que deviendra l’animation dans le cadre du Pacte de responsabilité et de solidarité (12 milliards d’euros d’économie à faire pour les collectivités locales donc par les communes).

Combien de privatisations pour en arriver à cet objectif scandaleux (ménage, restauration….) ?

Parce que nous le condamnons tout comme l’ARE nous demandons le retrait du Pacte de responsabilité et de solidarité.

Parce que nous voulons que le Service Public reste un service public avec des moyens, des effectifs.

Parce que l’école publique doit rester l’école de la République une et indivisible.

Parce que nous refusons l’introduction de tout type d’associations cultuelles ou autres dans l’école.

Parce que nous voulons revenir au cœur du métier de l’animation.

 

ARE OU PAS NOUS REVENDIQUONS :

 

  • Arrêt de la précarisation
  • Titularisation de tous les agents
  • Déroulement de carrière de la catégorie C à la catégorie A

Rédigé par FO VILLE DE PARIS

Publié dans #DASCO, #A.R.E.

Repost 0
Commenter cet article